Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du gazon synthetique Ag'co

toiture végétale en gazon synthétique

14 Novembre 2012 , Rédigé par gazonsynthetique

Le principe de la toiture végétale en  gazon synthétique (aussi : toit vert ou toit végétalisé) existe depuis la Préhistoire.

Il consiste à recouvrir d'un substrat en gazon synthétique  un toit plat ou à faible pente (jusqu'à 35° et rarement plus).

De nombreuses expériences conduites en Europe (depuis les années 1970 surtout en Allemagne, Pays-Bas, Suisse, pays scandinaves, et depuis peu en Belgique, France, etc.)

L’intégration d’un toit vert en gazon synthétique dans le bâtiment sera d’autant mieux réussie si elle est envisagée dès la conception du bâtiment, mais elle est toutefois réalisable sur des constructions déjà existantes.

Les coûts d’entretien et surcoûtsde construction sont faibles, en comparaison des services rendus, particulièrement pour les terrasses en gazon synthétique en extensif qui ne nécessitent qu’un nettoyage annuel des écoulements, aucun arrosage et un entretien très réduit. Cette technique, qui est parfaitement au point et relativement aisée à mettre en place, ne provoque pas l’altération du bâtiment.

La mise en place de ces terrasses et toitures en gazon synthétiqueprésente un certain nombre d’avantages parmi lesquels certains sont d’utilité publique.

Un impact technique sur la durabilité et le confort du bâtiment. En effet, les toitures végétalisées en gazon synthétique offrent :une protection sur l’étanchéité assurée par le fait que les matériaux perméabilisants résistent plus longtemps à l’abri des ultraviolets (UV) et du rayonnement thermique solaire. En effet, la dégradation des membranes est principalement due à la chaleur. Celle-ci dégrade les huiles du bitume élastomère qui devient alors plus cassant. Finalement, le substrat bloque aussi les rayons UV qui sont responsables d’environ 5 % du vieillissement des membranes.

De plus, l’écotoit en gazon synthétique constitue une barrière contre les intempéries. Ces actions combinées permettent d’espérer une durée de 30 à 50 ans pour la membrane d’étanchéité ;

une protection contre les chocs thermiques (pluie froide sur les toitures chaudes) dont bénéficient le bâtiment (réduction des contraintes mécaniques) et ses occupants. Les toitures en gazon synthétique permettent une réduction des variations de température ; une inertie thermique permettant de réaliser d’importantes économies d’énergie. Une toiture couverte en gazon synthétique  réduit sensiblement les pertes de chaleur en hiver, mais cet impact est moindre que celui de la climatisation ;

une isolation phonique : la toiture en gazon synthétique est un des meilleurs isolants acoustiques, elle absorbe les ondes sonores. Elles permettent notamment de diminuer les bruits de l’environnement urbain.

Un substrat  d’épaisseur peut réduire les bruits aériens de près de 40 dB. Un avantage non négligeable dans les secteurs survolés par des avions à basse altitude.

Judicieusement conçues, les toitures végétalisées en gazon synthétique redonnent aux villes, notamment industrielles, une indéniable valeur esthétique et valorisent l’habitat en offrant une bonne solution pour que le bâtiment s’intègre dans son environnement.

Les toitures végétalisées en gazon synthétique contribuent à rendre la ville plus « calme », moins stressante. Les habitants retrouvent une certaine harmonie urbanisme-nature.

L'ajout d'un toit végétal en gazon synthétique offre parfois une aire extérieure additionnelle aux occupants, ce qui en zone urbaine ajoute une plus-value pour la vente ou la location.

Pour les édifices à bureaux, le toit-terrasse vert ajoute du prestige aux entreprises qui y ont un accès direct. Cet espace vert extérieur devient un reflet de l'engagement social et/ou environnemental de l'entreprise. L'espace vert extérieur crée aussi un climat propice aux rencontres et aux bonnes relations entre les employés.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article